Augmentation mammaire : quelle technique pour votre profil ?

L’augmentation mammaire est aujourd’hui l’une des interventions chirurgicales les plus pratiquées au monde. De la pose de prothèses au lipofilling, les techniques se sont affinées au fil du temps pour permettre aux femmes d’avoir le volume de seins qu’elles souhaitent. Quelles sont les principales techniques d’augmentation mammaire ? À quels profils sont-elles adaptées ? Comment vous préparer et récupérer d’une telle opération ?

Les différentes techniques d’augmentation mammaire et les profils adaptés

Il existe trois principales techniques d’augmentation mammaire : la pose de prothèses, le lipofilling et l’augmentation composite.

A découvrir également : Lifestyle : le yoga pour lutter contre le stress

La pose de prothèses mammaires

La pose de prothèses est la technique de référence pour faire une augmentation mammaire. Elle consiste à insérer des implants dans les seins de la femme pour obtenir un plus grand volume. Cette insertion se fait généralement par 3 méthodes selon la morphologie de la patiente, la taille et le type d’implant :

  • l’incision sous-mammaire (qui est pratiquée dans le pli sous le sein pour une bonne visualisation du site d’implantation),
  • l’incision péri-aléatoire (coupure autour de l’aréole qui peut entraîner une diminution de la sensibilité du mamelon),
  • l’incision auxiliaire (réalisée dans le creux de l’aisselle).

Au fil des années, les techniques d’implantation mammaire ont évolué pour donner des résultats plus naturels. Il est désormais possible de procéder à une loge de prothèse dual plan (insertion de l’implant à la fois derrière le muscle en haut et derrière la glande en bas). Ce procédé réduit considérablement les douleurs postopératoires.

A voir aussi : Pourquoi choisir une bonne mutuelle ?

La pose d’implants mammaires est indiquée pour les femmes qui ont la sensation d’avoir des seins trop petits pour leur corps. Elles souhaitent donc augmenter la taille de leur poitrine de façon plus ou moins marquante.

Cette opération peut aussi être envisagée par celles qui ont subi une perte de volume après une grossesse. Elle est surtout idéale pour les reconstructions mammaires après un cancer ou les cas d’asymétrie des seins qui rendent parfois difficile l’habillement. Les implants se déclinent en de nombreuses tailles, ce qui en fait une solution adaptée à toutes les morphologies.

chirurgien esthétique plastique augmentation mammaire chirurgie seins opération médecine

Cette femme consulte un chirurgien esthétique pour faire une augmentation mammaire à Paris après un cancer du sein.

Le lipofilling

Cette technique d’augmentation mammaire est très en vogue actuellement. Elle consiste à prélever, par liposuccion, des excédents graisseux au niveau des fesses, des hanches ou des cuisses de la patiente. Ce prélèvement est ensuite purifié et centrifugé avant d’être réinjecté au niveau des seins.

Le lipofilling est indiqué pour les femmes qui ont de petits seins et qui souhaitent légèrement augmenter le volume de leur poitrine pour affiner leur silhouette. Il permet un remodelage très naturel. Cependant, il ne permet d’obtenir qu’un élargissement modéré (entre une et deux tailles de bonnet) et expose les patientes à des risques d’apparition de kystes huileux. Il est alors déconseillé dans le cadre d’une reconstruction mammaire après une ablation et chez les femmes qui présentent des antécédents de cancer de sein.

L’augmentation mammaire composite

L’augmentation mammaire composite combine les procédés de la pose de prothèses et du lipofilling. Elle consiste à injecter de la graisse autour de l’implant positionné devant le muscle grand pectoral pour en dissimuler les contours. Cela simplifie considérablement les suites opératoires (évènements après l’intervention) et permet d’obtenir un résultat naturel et discret.

Préparation et récupération : ce qu’il faut savoir avant et après l’intervention

Avant et après une intervention chirurgicale d’augmentation mammaire, certaines dispositions doivent être prises pour la réussite de l’opération et la conservation des résultats.

Avant l’intervention

Comme toute opération de chirurgie esthétique, l’augmentation mammaire nécessite une préparation, tant sur le plan physique que psychologique. Avant l’intervention, vous devez hydrater la peau de votre poitrine avec une crème ou un autre produit recommandé par votre médecin. Si vous suivez des traitements, parlez-en impérativement à votre chirurgien pour éviter les cas de contre-indication.

Par ailleurs, vous devez arrêter de fumer au moins 1 mois avant l’opération. L’arrêt de l’aspirine et des anti-inflammatoires 10 jours avant l’augmentation mammaire est aussi nécessaire. Sur le plan psychologique, vous ne devez pas hésiter à questionner votre chirurgien esthétique si des doutes et des questions vous viennent à l’esprit.

Après l’intervention

Après une opération d’augmentation mammaire, la période de récupération varie d’une patiente à une autre. Généralement, elle dure entre 3 et 5 semaines en moyenne pour une récupération parfaite de la mobilité et la disparition de la douleur.

Si vous avez opté pour la pose d’implants mammaires, vous pourriez avoir du mal à lever vos bras les premiers jours après l’opération. Des exercices physiques (course à pied, vélo, cours d’aérobic) vous seront recommandés par votre chirurgien plastique pour récupérer la mobilité de vos bras.

En ce qui concerne les douleurs, elles peuvent être intenses pendant la première semaine suivant l’intervention. La prise d’antidouleurs prescrits par votre chirurgien devrait vous aider à les supporter.

Vous devrez porter des soutiens-gorge sans armatures ou une bande de contention mammaire durant environ 1 mois et demi après l’opération. Cela permet d’éviter la remontée de la prothèse vers le haut ou sa rotation.

ARTICLES LIÉS