Quels sont les principaux risques du marché monétaire en cas de crise financière ?

Crise du crédit en Europe, ralentissement de la croissance globale, incertitudes liées au déficit américain… ce ne sont pas les causes de préoccupation des clients et nous sommes actuellement très occupés à répondre à leurs nombreuses questions. Bien qu’il soit possible de maîtriser certains aspects de notre vie, d’autres sont hors de notre contrôle, et la planification financière n’est pas au-delà de cette règle. En expliquant aux clients comment différencier les deux, vos entretiens seront moins axés sur les questions et plus orientés vers les solutions.

Il s’agit de la première partie d’une colonne sur les cinq risques qui menacent le revenu de retraite ; comme le démontre la recherche de Fidelity Investissements Canada, il est important que les conseillers en placement tiennent compte de ces risques dans la planification de la retraite de leurs clients. La première étude de Fidelity sur ce sujet, intitulée Income Planning life, a été publiée en 2005. Notre recherche a révélé que la longévité, l’inflation, la répartition de l’actif, les retraits annuels corrigés de l’inflation et les dépenses en soins de santé non couvertes par les divers les régimes existants présentaient un risque réel pour les retraités dont le revenu provient de leurs placements. À notre avis, une bonne planification de la retraite doit être particulièrement attentive à ces risques. La première édition de ce rapport est toujours très populaire auprès des conseillers ; je suis conscient du fait que nous avons fourni plus de 35 000 exemplaires sur demande depuis sa date de publication !

A découvrir également : Comment savoir le numéro unique d'identification urssaf ?

J’ai l’intention de consacrer cette première partie aux risques sur lesquels les investisseurs n’ont aucun contrôle : la longévité et l’inflation. La deuxième partie traitera des risques auxquels les investisseurs peuvent agir : répartition de l’actif, taux de retrait et coûts de soins de santé non couverts. Il est clair que nous ne pouvons pas contrôler pleinement ces risques, mais nous disposons de plusieurs façons de les préparer.

Peter Drake Depuis la publication de notre rapport de recherche, de nombreux événements se sont produits, notamment la crise financière mondiale et la récession qui en a résulté, la reprise (parfois stupéfiante dans le meilleur des cas) et la volatilité persistante des marchés. Nous l’avons vu il convient d’examiner chacun de ces cinq risques majeurs à la lumière des faits saillants des dernières années et de deux questions précises : est-ce encore une menace importante pour le revenu de retraite et, dans l’affirmative, qu’avons -nous appris à ce sujet des événements des dernières années ? Nous avons publié des réponses à ces questions dans une édition mise à jour de notre rapport, Après la crise financière mondiale : les cinq principaux risques qui menacent le revenu de retraite, que vous pouvez obtenir sur notre site Web.

A voir aussi : Les problèmes financiers courants

Ces résultats renforcent les résultats de l’Enquête annuelle sur la retraite de Fidelity, menée pour la sixième année consécutive par la firme émérite The Strategic Counsel. L’uniformité est l’une des principales caractéristiques de cette enquête. Nous éliminons parfois des questions devenues moins pertinentes et nous n’hésitons pas à en ajouter de nouveaux en fonction de l’évolution des conditions économiques, financières ou du marché. Cependant, l’enquête soulève essentiellement les mêmes questions chaque année, nous fournissant des données comparatives permettant de suivre et de comprendre les changements dans les investisseurs les comportements et les préoccupations. Voyons maintenant ce que notre sondage « révisé et corrigé » révèle.

Longévité

Comme on pouvait s’y attendre, la crise financière mondiale n’a pas affecté la longévité, puisqu’elle n’a pas eu d’impact sur l’espérance de vie, bien que certains planificateurs financiers estiment que le stress qu’ils ont ressenti pendant la crise a compromis leur propre espérance de vie !

Dans le cas de deux conjoints âgés de 65 ans, selon les statistiques, il y a une probabilité de 50% que l’un d’eux atteigne l’âge de 90 ans, et une chance sur quatre que l’un d’eux vive jusqu’à 94 ans. Comme leur espérance de vie continue d’augmenter grâce à un mode de vie sain et aux progrès médicaux, les Canadiens devront déterminer à quel âge ils peuvent se permettre de prendre leur retraite, mais surtout, ils devront se préparer à la possibilité réelle d’avoir des réserves qui dureront au moins 20 ans ou plus.

Pour les investisseurs qui n’ont pas réussi à planifier leurs investissements rigoureusement, le changement pourrait être substantielle. Je pense à ceux qui ont réorienté leurs portefeuilles vers la liquidité ou les effets du marché monétaire au cours de la pire phase du dernier cycle de marché et ont retenu des placements prudents pendant la correction. Elles sont actuellement confrontées à une espérance de vie plus élevée après la retraite et à un portefeuille réduit. Des mesures correctives sont nécessaires dans leur cas, soit en modifiant leur régime de retraite, soit en révisant leur stratégie de placement de portefeuille afin d’atteindre leurs objectifs.

En conclusion, nous considérons la longévité comme un risque important et elle est maintenant légèrement supérieure à ce qu’elle ne l’était avant la crise en raison des changements que de nombreux investisseurs concernés ont apportés à leurs portefeuilles. Nous n’avons aucun contrôle sur le nombre d’années qu’il nous reste à vivre. D’autre part, nous pouvons veiller à ce que les portefeuilles prennent ces statistiques en considération et choisissent leurs placements en conséquence.

L’inflation

Au cours de la crise mondiale et de la récession qui a suivi, même pendant une partie de la reprise, le risque de déflation semblait éclipser le risque d’inflation. Étant donné que ce terme est souvent utilisé à mauvais escient, je voudrais souligner que la déflation ne se produit que si la plupart des prix à la consommation baissent régulièrement.

Cette menace était suffisamment tangible pour justifier de fortes incitations monétaires, y compris la deuxième phase de l’assouplissement quantitatif de la Réserve fédérale américaine. Mais à mesure que la reprise gagnait du terrain, les experts s’inquiétaient davantage de la possibilité ou, selon certains, de la probabilité que des mesures de relance soient mises en œuvre pour enrayer la crise (augmentation des dépenses publiques, réductions d’impôts et, dans quelques cas, taux d’intérêt zéro et incitations monétaires importantes, y compris quantitative assouplissement) ne provoquent pas réellement une poussée inflationniste après la crise. Curieusement, nous avons assisté à une hausse significative de l’inflation ailleurs dans le monde, mais dans les pays en développement, qui ont généralement été épargnés par la crise financière.

Plus près de nous, la peur d’une montée future dans l’inflation aux États – Unis persiste, bien que dans toutes les probabilités la politique intelligente de la Réserve fédérale neutralisera cette menace. Et encore plus près, la Banque du Canada essaie résolument de limiter l’inflation locale à 2 % par année. Compte tenu des chances de succès de la Banque centrale, l’inflation future ne sera probablement pas pire que celle des 20 dernières années.

En conclusion, nous estimons que le risque d’inflation internationale est plus grand que ce qu’il était avant la crise. Au Canada, selon le scénario le plus favorable, l’inflation future ne sera pas pire que celle des deux dernières décennies, ou environ 2 % par an en moyenne. Mais, sur une période de 25 ans, une telle inflation dégonflerait environ 40 % du pouvoir d’achat d’un retraité ; le moins à dire, c’est que l’inflation demeure un risque important et souvent sous-estimé pour les investisseurs. Bref, si la croissance du portefeuille est impérative, les investisseurs doivent se tourner vers des placements qui dépassent l’inflation.

Comme je viens de l’expliquer, deux des cinq principaux risques recensés en 2005 sont non seulement toujours pertinents, mais encore plus graves aujourd’hui. Si certains aspects de ces risques échappent au contrôle des investisseurs, il est essentiel de leur rappeler qu’ils peuvent et doivent planifier en conséquence. Le mois prochain, nous examinerons d’autres risques qui menacent le revenu de retraite et qui peuvent être pris en compte, notamment la répartition de l’actif, les taux de retrait et les dépenses non couvertes en soins de santé.

Un dernier mot. Pour se protéger en cas d’accident, la plupart d’entre nous verrouillent la ceinture de sécurité dans une voiture. Les investisseurs doivent appliquer le même principe lorsqu’ils planifient leur revenu de retraite. La crise financière mondiale et la récession économique de 2008-2009 ont sans aucun doute compromis la stabilité financière et émotionnelle des investisseurs canadiens, en particulier des Canadiens âgés. Mais la nature inhérente des risques qui menacent le revenu de retraite n’a pas changé, et tous les Canadiens doivent en tenir compte. En fait, ces circonstances ont exacerbé l’importance pour tout le monde d’établir un régime de retraite écrit qui évalue ces risques et fournit des stratégies pour la compensation.

Peter Drake est vice-président, Retraite et recherche économique, Investissements Fidelity Canada. Avec plus de 35 ans d’expérience en tant qu’économiste, il dirige les initiatives de recherche sur la retraite de Fidelity au Canada à notre époque.

Les opinions exprimées au sujet d’une entreprise, d’un titre, d’une industrie ou d’un secteur de marché particulier représentent un point de vue personnel à un moment donné et ne sont pas nécessairement celles de Fidelity ou d’autres membres de l’organisation. Ces points de vue sont sujets à changement à tout moment en fonction de l’évolution des marchés et d’autres facteurs, et Fidelity n’est pas responsable de la mise à jour de ces points de vue. Ces avis ne peuvent être considérés comme des conseils d’investissement

ARTICLES LIÉS